omer-lalonde

J'ai appris ce qu'est la guerre en peu de temps

Omer Lalonde est né le 5 novembre 1919, fils de Joseph et Eugénie Perreault de L'Orignal. En 1941, à l'âge de 22 ans il s'engage volontairement dans l'infanterie et se retrouve à Farnham pour son entraînement de base. Au bout d'un mois, l'ordre arrive de se rendre à Halifax pour le départ outremer.

Le jeune soldat du régiment de Maisonneuve de Montréal fait route vers Caen en Normandie. Le jeune Lalonde est responsable de débarquer le Bren-Gun Carrier du bateau. Dès leur arrivée, les soldats se retrouvent sur le Front et font face à la fusillade allemande. Le major, qui était sur le Bren Carrier, se fait tuer d'une balle. Lors de ce premier raid, un ami, Raymond Beaudry, reçoit à l'épaule une balle qui ressort par sa bouche. Celui-ci implore Omer d'avoir soin de lui et de l'accompagner dans une maison abandonnée à l'arrière jusqu'à ce que l'ambulance vienne le chercher. Les blessés reçoivent une injection et on leur fait une marque noire sur le front pour indiquer aux soignants de l'hôpital que le blessé a bien reçu sa piqûre.

Malgré la mort de plusieurs, l'avance du régiment se poursuit vers la Belgique. Omer Lalonde séjourne quelque temps à l'hôpital pour un empoisonnement aux jambes causé par les longues marches dans les hautes broussailles remplies de résidus de balles, de canons, etc. Il est cependant de retour au Front et se retrouve en Hollande pour 2 mois. Une des tâches qui lui est assignée à ce moment est d'enterrer les soldats morts. Tâche pénible et éprouvante: enlever les tags d'identification et les objets personnels pour les placer dans des sacs, photographier le tout et procéder à l'enterrement dans une fosse commune. C'est alors qu'il rencontre Jean Bissonnette de L'Orignal alors prévôt (police militaire) dans l'armée. Omer Lalonde et son régiment poussent ensuite vers l'Allemagne, mais c'est la fin de la guerre.

Omer se souvient que durant la guerre, l'alimentation n’est guère variée ni abondante: corn beef, hard tack (biscuits très durs qui doivent être trempés dans l'eau pour les manger). Omer raconte qu'en Hollande un boulanger les a pris en pitié et leur a offert du pain.

Les médailles

  • L'étoile de 1939-1945
  • L'étoile de France et Allemagne
  • La Médaille de la Défense
  • La Médaille de la Guerre 1939-1945
  • Service volontaire Canada 1939-1945

Bureau Municipal

948 est, chemin Pleasant Corner
Vankleek Hill, Ontario
Tél.: 613.678.3003

Du lundi au vendredi
8h30 - 16h30

Le bureau est fermé entre
12h00 et 13h00

Prescott-Russell

Vous avez des Questions?

logo small fr

Visitez notre page Facebook