jean bissonnette 2

Né le 10 septembre à Fournier, fils de Jean-Baptiste Bissonnette et Cécile Latreille, Jean Bissonnette est appelé sous les drapeaux vers 1942-43 à l’âge de 21 ans.
Il fait son entraînement de base à Cornwall, Ontario et poursuit un entraînement plus avancé à Valcartier, Québec. Il est plus tard transféré au RCOC à L’Acadie comme ordonnance pour assumer la surveillance des dépôts de bombes. Il reçoit alors l’ordre d’embarquement pour outremer. Mais avant de s’embarquer, Jean Bissonnette reçoit une permission d’une vingtaine de jours qu’il passe chez ses parents à L’Orignal. Seule sa soeur est au courant de son prochain départ. Ses parents ne le sauront qu’une fois le fait accompli.

Départ

Le jour venu, le jeune de L’Orignal fait route en train vers Halifax et s’embarque sur le Mauritania pour la longue traversée de l’Atlantique. Traversée qui s’avère difficile pour le jeune homme de L’Orignal qui doit dormir dans un hamac: le tangage et le roulis ont vite fait de lui donner la nausée! C’est donc sur le pont extérieur que le jeune soldat dormira durant les 5 jours que durera la traversée.

À son arrivée en Angleterre, à Horsham, il doit subir un autre entraînement, pour le Front celui-ci. Le confort, la chaleur et la nourriture convenable ne font pas partie de son quotidien. Une autre mutation, un autre entraînement, cette fois-ci à Aldershot comme prévôt. Mais comme il parle français, on le dirige vers Bruxelles en Belgique et par la suite, au Quai d’Orsay à Paris.

L’armistice du 11 novembre 1945 ne signifie cependant pas le retour au pays pour Jean Bissonnette. Il demeure encore un an en Europe et sillonne les routes, du Quai d’Orsay vers la Belgique, la Hollande, l’Allemagne (Oderburg) pour transporter des rations.

Retour

Le 26 novembre 1946 marque son retour au pays à bord de l’Aquitania. À la suite d’un mois de permission chez ses parents à L’Orignal, il revient à la vie civile et épouse Gisèle Gascon de Grenville, Qc. Il est le père de Jean-Pierre, Yves, Line, Richard et Daniel.

 

Dans le cadre de ses études en Littératures et cultures du monde, Line, la fille de Jean Bissonnette, a rédigé son mémoire de maîtrise sur les œuvres romanesques de deux soldats-auteurs canadiens-français. Elle avoue avoir été inspirée par son père quelques semaines avant son décès alors qu’il racontait, pour une des rares fois, ses expériences de vie en tant que membre du Corps de prévôté canadien (police militaire) au cours de la Seconde Guerre mondiale.

 

Bureau Municipal

948 est, chemin Pleasant Corner
Vankleek Hill, Ontario
Tél.: 613.678.3003

Du lundi au vendredi
8h30 - 16h30

Le bureau est fermé entre
12h00 et 13h00

Prescott-Russell

Vous avez des Questions?

logo small fr

Visitez notre page Facebook