La guerre est mon école de 16 à 21 ans

rene-bertrand

René, fils d’Élie O. Bertrand et Armandine Scott est né le 16 mars 1925. Il s'engage dans la marine à Montréal, au 1425 rue de la Montagne, à l'âge de 16 ans et falsifie son âge de 2 ans afin d'être accepté!

Appelé en janvier 1942, il fait son entraînement de base à Montréal pour ensuite se rendre à St-Hyacinthe à la Signal School afin d'apprendre le métier de décodeur. Mais il n'y reste qu'un mois puisqu'il souhaite devenir marin. Il quitte donc St-Hyacinthe pour Halifax où il travaille dans les casernes HMCS Cornwallis et Stadacona (les casernes portent le nom d'un bateau) pendant environ 1 mois et demi.
René se porte alors volontaire sur le HMCS Vegreville, un dragueur de mines; son 1er voyage le mène jusqu'à Reykjavik en Islande.

La traversée de l'Atlantique est toujours dangereuse puisqu'environ 1500 sous-marins allemands sillonnent les eaux nord-atlantiques. René Bertrand fait souvent le Triangle de Halifax (Bedford Basin) à Boston, New York, St-John's T.N pour transporter rations, munitions, etc. La Grande-Bretagne a besoin de tout puisqu'elle est coupée de l'Europe et de plus, doit subvenir aux besoins d'une forte population militaire.
L'une de ces expéditions, le 16 mars 1943, jour de fête de René (18 ans!) marque le jour d'une terrible bataille. Peu après avoir été transféré de l'escorte de la Marine Royale Canadienne, à la Marine Royale dans l'Atlantique Ouest, les convois SC-122 (slow convoy) et HX-229 (high speed) sont attaqués par les U-Boats. La bataille dure 3 jours. Vingt et un bateaux de la marine marchande canadienne sont coulés. Les Allemands ne subissent aucune perte. Il faut savoir que les bateaux de la marine marchande ne sont pas armés donc dans l'incapacité de se défendre. Ils dépendent sur les bateaux et les avions qui les escortent.

De corvettes à croiseurs

Par la suite, René Bertrand s'embarque sur des Corvettes avec lesquelles il fera trois convois: 1 en partance de Terre-neuve et 2 en partance d’Halifax.

Devenu quartier-maître à 18 ans, il fait partie, en 1944, de l'équipage qui va chercher la corvette neuve, HMCS Belleville, à Kingston. Il y sera maître d'équipage (chief bosun mate) responsable de tout ce qui est maritime. L'équipage descend le bateau par le St-Laurent jusqu'à Halifax.

Un très grand nombre de bateaux partent et arrivent à Halifax et les équipages changent constamment. René embarque sur le New Amsterdam, transporteur de troupes pour aller chercher le croiseur HMCS Ontario; il fait partie des 7000 personnes à bord de ce navire en route vers l'Angleterre et Belfast en Irlande. Le HMCS Ontario, avec son équipage de 1100, est le"most modernly-armed cruiser of the British Empire".
Finalement le jour de la prise de possession arrive en avril 1945 et c'est un moment de grande fierté pour le jeune Canadien de L'Orignal lorsque le Red Ensign monte lentement au mât du HMCS Ontario au son du Ô Canada.
Le jeune Bertrand, à bord du croiseur Ontario de la Marine royale canadienne, escorte un convoi jusqu'à Murmansk en Russie. Le danger est constant puisque les avions de la Luftwaffe pilonnent le convoi. Puis l'ordre arrive de diriger le croiseur vers le Pacifique et la guerre avec le Japon. Entré dans la Méditerranée par le détroit de Gibraltar, le croiseur doit attendre plusieurs jours avant de s'engager dans le canal de Suez. Le HMCS Ontario descend ensuite jusqu'à Aden au Yémen (sud de la péninsule arabique), traverse l'océan Indien jusqu'à Colombo et Trincomalee (au Ceylan, auj. Sri Lanka) pour se ravitailler en carburant.

À destination, l'équipage du croiseur Ontario apporte son support aérien jusqu'en Birmanie. Les Japonais voulaient détruire la route de Birmanie. Pendant 5-6 mois, le croiseur patrouille la baie de Bengale, l'océan Indien et le détroit de Malacca. Le HMCS Ontario est le 1er bateau allié qui arrive aux îles Nicobar et dans le détroit de Malacca où les mines japonaises sont très nombreuses. À Singapore une attente de 7 jours est imposée: on sait qu'une grosse attaque est prévue!

Les bombes atomiques tombent sur Hiroshima et Nagasaki les 6 et 9 août 1945.

Hong Kong et retour au pays

L'ordre est alors donné de se rendre à Hong Kong. Quelques généraux britanniques s'embarquent sur le HMCS Ontario pour se rendre à Hong Kong accepter la reddition inconditionnelle du Japon. Cinq cent membres d'équipage débarquent pour aider les Ghurkas troupes militaires de l'Inde et voir à la libération des prisonniers civils. Le couvre-feu est très strict: après 18 h 30 du soir, aucun Chinois n'a le droit d'être sur la rue, seuls les militaires patrouillent les rues. C'est à ce moment à Taikoo, Hong Kong que René Bertrand, surnommé Frenchie depuis ses débuts dans la marine, contracte la malaria. Retourné sur le bateau on le croit mort, mais heureusement avec la quinine et autre médicament il reprend ses forces.

Le temps de rentrer au pays est venu, mais la route est longue: de Manille aux Philippines, à Guam, à Pearl Harbour où le HMCS Ontario change de couleur: du gris de guerre au blanc, et vers Victoria en Colombie-Britannique. La dernière étape se fait en train vers Montréal. René Bertrand rentre chez lui la veille de Noël 1945.

Il fait la rencontre d’une Beauceronne, Étiennette-Lucille Jacques et après de courtes fréquentations, le couple convole en justes noces en 1946. Trois enfants bénissent leur union: Nicole, Denis et Joseph.

M. René Bertrand, ancien combattant, est un membre très actif de la Légion canadienne de Hawkesbury. Son excellente mémoire est un atout précieux pour les chercheurs locaux. Ses occupations ont été diverses: propriétaire de René Bertrand Petroleum, conseiller du village de L'Orignal et maire de la municipalité.

M. René Bertrand est décédé le 19 mai 2019 à l'âge de 94 ans.

Médailles

 

Bureau Municipal

948 est, chemin Pleasant Corner
Vankleek Hill, Ontario
Tél.: 613.678.3003

Du lundi au vendredi
8h30 - 16h30

Le bureau est fermé entre
12h00 et 13h00

Prescott-Russell

Vous avez des Questions?

logo small fr

Visitez notre page Facebook